Banque islamique : Murabaḥah مرابحة

      Aucun commentaire sur Banque islamique : Murabaḥah مرابحة

Murabaḥah, murabaḥa ou murâbaḥah (arabe: مرابحة, dérivé du ribh arabe: ربح, qui signifie profit), était à l’origine un terme de fiqh (jurisprudence islamique) pour un contrat de vente dans lequel l’acheteur et le vendeur sont d’accord sur la majoration (profit) ou  » « prix majoré » pour le ou les articles vendus.

Au cours des dernières décennies, il est devenu le terme utilisé pour désigner une forme très courante de financement islamique («conforme à la charia»), dans laquelle le prix est majoré en échange de la possibilité pour l’acheteur de payer à terme – par exemple avec des paiements mensuels (un contrat). avec paiement différé étant connu comme bai-muajjal).

Le financement de Murabaha est similaire à un arrangement de location-vente dans le monde non musulman, l’intermédiaire (c’est-à-dire la banque prêteuse) conservant la propriété de l’objet vendu jusqu’à ce que le prêt soit intégralement remboursé.

La murabaha a pour but de financer un achat sans paiement d’intérêts, ce que la plupart des musulmans (en particulier la plupart des érudits) considèrent comme étant le riba (usure) et donc le haram (interdit).

Murabaha est devenu le type de finance islamique «le plus répandu».

Les banques algériennes qui proposent des produits conformes à la charia telles que AlBaraka et Al salam Bank proposent toutes les deux des prêtes de Mourabaha pour acquérir des biens immobiliers ou des voitures.

Facebook Comments